LA BEAUTE DU COEUR

Dans mon EHPAD, j'ai vu des octogénaires sans famille, à qui l'on n'adressait plus la parole, qui n'étaient plus touchés ni caressés avec tendresse, finir par se recroqueviller comme des fœtus et mourir jours après jours dans le silence, jusqu'à la fin.Le Cœur est souvent une notion galvaudée, synonyme de sensiblerie, de manque de fermeté. J'ai remarqué le contraire. Un Cœur s'affirme. Voyez-vous la réaction d'une femme à qui l'on retire brutalement son enfant? 

Le Cœur a une intelligence propre, différente du Mental.

Le Mental compte, juge tout, analyse, et pour cela divise, stresse et culpabilise. Le Cœur ne compte pas, ne juge pas, unifie par l'amour, apaise et réconforte toujours.

Le Mental se mesure à l'autre et le voit comme un concurrent. Le Cœur accepte l'autre sans mesure.

Le Mental fait perdre confiance et le sens même de la vie. Le Cœur donne la paix et le sens de la vie.

Le Mental se soumet à la force; il veut plaire aux autres, jusqu'à s'oublier soi-même. Le Cœur se soumet seulement à l'amour; il ne cherche pas à plaire, mais simplement à ne blesser personne. 

Si le Mental crée l'agitation et le stress, le Cœur donne la vie.

1/8

Dans mon EHPAD, j'ai vu des octogénaires sans famille, à qui l'on n'adressait plus la parole, qui n'étaient plus touchés ni caressés avec tendresse, finir par se recroqueviller comme des fœtus et mourir jours après jours dans le silence, jusqu'à la fin.